Logo
Le roi de retour au sommet – Toyota Highlander XLE 2015

Le roi de retour au sommet – Toyota Highlander XLE 2015

Le Toyota Highlander

Le Toyota Highlander

S’il y a bien une voiture qui a toujours bien fait dans son segment, c’est le Toyota Highlander. Ce véhicule du segment des VUS intermédiaires a toujours représenté énormément de valeur dans une catégorie aujourd’hui caractérisée par énormément de compétition.

L’AJAC (Association des journalistes automobiles du Canda) a nommé, l’an dernier, le Highlander 2015 comme étant le meilleur véhicule de sa catégorie. Étant un jeune membre de l’organisation, je n’ai pas encore le droit vote. Tout de même, je ne peux m’empêcher de donner mon appui à ce résultat. Pour 2015, le véhicule est rafraîchi. Il a maintenant un nouveau look, et son habitacle a été revu pour offrir un look moderne avec un gros écran multimédia.

Ma conclusion est simple. Le Highlander est, en 2015, le meilleur VUS intermédiaire. Il est le plus raffiné, le plus confortable, le plus silencieux, et il est pas mal pratique. Qui plus est, c’est un véhicule d’une fiabilité irréprochable. Voici les bons coups et les moins bons du Highlander.

Réussites

Sur le plan mécanique, le Highlander n’a rien de bien complexe. Il est mû par l’antique, mais efficace moteur V6 de 3,5 litres que Toyota utilise dans la plupart de ses modèles, allant de la Toyota Sienna à la Lexus RC350. Produisant 270 chevaux et jumelé à une transmission automatique à 6 rapports, il offre une économie d’essence intéressante (11 l/100 km environ), et des performances assez impressionnantes pour un véhicule de la sorte. Côté temps de
réponse, ça fait du bien de voir un véhicule qui ne « dort pas au gaz ».

Le système d’infodivertissement de Toyota fait aussi un bon travail. Ça m’étonne que ce genre de système n’ait pas encore été standardisé entre les véhi­cules. Mais ça s’en vient. Bientôt, tous les véhicules seront Apple ou Androïde. En attendant, celui de Toyota fait un bon travail. Le bouton « home » vous montre une carte ainsi que des informations sur ce que vous écoutez comme musique. Le bouton « apps » vous laisse choisir entre quelques applications rustiques, du genre de « musique », « navigation », « économie d’essence », etc.

Point d’amélioration

Deux choses m’ont particulièrement agacée. Le principal défaut du Highlander est qu’il ne « tourne » pas. Il manque d’agilité, particulièrement lors des manœuvres de stationnement. Si vous n’avez pas à aller en ville, ce n’est pas important, mais si vous fréquentez les stationnements intérieurs, vous pourrez être agacés par moment.

Également, les ports de branchement auxiliaires et USB sont étrangement positionnés. On ne les voit pas à moins de se pencher, ce qui, pour un conducteur, peut être dangereux.

Vous aimerez également

 

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués*