Logo
Chrysler 300C  (48 000 $ + tx)

Chrysler 300C (48 000 $ + tx)

Récemment, j’ai écrit une chronique sur les dinosaures. Je faisais en fait référence aux formules du passé qui pour une raison ou une autre résiste au temps. Le Chrysler 300C 2015 en est une. Il s’agit d’une grosse berline à propulsion avec, sous le capot, un moteur V8 Hemi de 5,7 litres développant 363 chevaux et 394 livres de couple. Oui, c’est une voiture assez performante en ligne droite, mais elle n’est pas athlétique. Ce n’est pas une voiture sportive. Elle est comme une antique berline américaine qui ne servirait qu’à partir en fou des arrêts. Mais il y a plus à la Chrysler 300C. Ce n’est pas qu’une grosse berline à propulsion. C’est aussi une voiture ultra confortable, qui est maintenant plus raffinée que jamais. Si, par le passé, la tenue de route du véhicule était risible, ce n’est plus le cas aujourd’hui. Globalement, le Chrysler 300C est une voiture cool. Certes, il y a une certaine nostalgie associée à la 300C, mais il y a des acheteurs qui recherchent, justement, de la nostalgie. Les voitures sont des objets émotifs, et la 300C en est un bel exemple.

Points positifs

Comme mentionné plus haut, le 300C a sous le capot une formule éprouvée : un gros V8 américain. Les 363 chevaux développés par le moteur permettent à la 300C de faire le 0-100 km/h en moins de 5,7 secondes. Si ce temps ne semble plus très impressionnant,  il faut se souvenir que nous parlons d’une voiture de moins de 50 000 $. L’habitacle de la voiture est sublime. Il est luxueux, et les matériaux qui le composent sont de bon goût. La voiture que j’avais sous la main comportait des boiseries et du cuir blanc. Et que dire des places arrière qui sont spacieuses comme ça ne se fait plus.
L’extérieur de la voiture est aussi de bon goût. La grille avant retravaillée est spectaculaire, tout comme les phares avant. Rapidement, la 300C rassemble à une Bentley Mulsanne miniature.

Points d’amélioration

Tout n’est pas parfait. Même si la 300C est l’une des voitures les plus confortables que l’on retrouve sur la route, elle n’est pas particulièrement excitante à conduire. Je l’ai déjà dit, mais ce n’est pas une voiture sport.

Sinon, le moteur Hemi à l’avant est lourd, et ça parait que la chaise a été pensée pour le moteur V6 que l’on retrouve dans les modèles de base. Le poids du moteur, donc, amplifie les bosses. Sur une chaussée irrégulière, ce qui ne manque pas au Québec, la voiture perd un peu de son confort.

Vous aimerez également

 

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués*