Logo
Une Cadillac à motorisation hybride rechargeable

Une Cadillac à motorisation hybride rechargeable

Les écrans arrière de la CT6 sont escamotables. Photothèque

Afin de poursuivre sa croissance en Amérique du Nord et dans les pays émergents comme la Chine — où Cadillac est la marque de luxe ayant connu la plus forte croissance l’an dernier —, la division américaine culte de General Motors poursuit le dévoilement de ses nouveaux modèles en 2017.

La dernière-née de la famille Cadillac est la CT6 à motorisation hybride rechargeable, laquelle vient rejoindre la CT6 de base à moteur conventionnel qui a été inaugurée l’an dernier. La CT6 était attendue depuis longtemps par les amateurs de Cadillac, qui étaient déçus que la marque de prestige de General Motors ait abandonné le créneau des grandes berlines lors de la disparition du modèle DTS en 2011. Mesurant 22 cm de plus que sa sœur CTS, la CT6 peut se targuer d’être une vraie limousine avec son système d’infodivertissement incluant des écrans HD articulés de 10 pouces aux places arrière. En plus, les passagers disposent de sièges chauffants ou rafraîchissants et inclinables avec soutien lombaire ajustable. Le gros luxe!
La CT6 propose plusieurs moteurs : un 4 cylindres turbo de 2,0 litres (265 chevaux), un V6 de 3,6 litres (335 chevaux) et un V6 biturbo de 3,0 litres (404 chevaux). Tous les moteurs sont couplés à une boîte automatique à 8 rapports. Quant à la motorisation hybride rechargeable, elle combine un 2,0 litres turbo, un moteur électrique et un bloc-batterie au lithium-ion de 18,4 kWh. La puissance combinée est estimée à 335 chevaux, et le véhicule accélère de 0 à 100 km/h en 5,2 secondes. Dans les meilleures conditions routières, l’autonomie en mode électrique peut atteindre 48 km et s’étirer jusqu’à 643 km lorsque le réservoir à essence est plein.
L’autre nouveauté de Cadillac en 2017 est le XT5, le multisegment qui remplace le SRX. Par rapport à ce dernier, le XT5 est plus grand et plus léger. Sous le capot, on trouve un V6 de 3,6 litres à injection directe, lequel est pourvu d’un mécanisme de désactivation des cylindres.
Jean-François Guay, collaborateur

Vous aimerez également

 

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués*