Logo

Nouvelles brèves

Le Dodge Charger Hellcat séduit les journalistes

Le Dodge Charger Hellcat, version vitaminée de 707 chevaux de la berline Charger, dévoilée aux journalistes la semaine dernière à Washington, a séduit les critiques. Les essayeurs en visite ont pu mettre la main sur le nouveau félin de Dodge. Sous le capot, le V8 de 6,4 litres compressés développant 707 chevaux. Ce moteur aux performances impressionnantes permet à la voiture de faire le sprint du 0-100 km/h en 3,7 secondes, et d’atteindre la vitesse de 320 km/h.

Si le Challenger Hellcat avait déjà impressionné les journalistes, la berline pleine grandeur à 4 portes de Dodge munie du même moteur a également impressionné, et pas mal! Les essayeurs ont notamment apprécié la puissance du véhicule qui ne se perd pas, comme dans la plupart des véhicules du genre. C’est une chose d’avoir 707 chevaux, encore faut-il qu’ils se rendent aux roues. Le Charger Hellcat se vendra aux alentours de 65 000 $, et il devrait être sur le marché au Québec en 2015.

Ford s’entête avec Lincoln

Ford Motors vient d’annoncer un investissement de plus de 2,5 milliards de dollars afin de revitaliser sa marque de luxe, Lincoln. Même si cette marque est chargée d’un lourd bagage historique, la compagnie ayant été fondée en 1917 avant d’être achetée par Ford en 1922, ne va nulle part aujourd’hui. Tous ses produits, ou presque, ne sont que des Ford endimanchées. Elle a de la difficulté à attirer des acheteurs en bas de 67 ans (c’est sérieux), et elle n’offre actuellement rien d’excitant.

Un gestionnaire sensé liquiderait probablement les actifs de la compagnie, mais Ford, au contraire, tente le tout pour le tout en injectant 2,5 milliards de dollars afin de développer de nouveaux produits « cool ». Lincoln fait d’ailleurs pas mal parler d’elle avec ses récentes publicités mettant en vedette Matthew McConaughey, et ses répliques du genre « Je conduisais des Lincoln avant d’être payé pour le faire », ou encore « Parfois, il faut aller en arrière pour aller de l’avant ». Qu’importe, on verra ce que ça donne…

Vous aimerez également

 

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués*